Rosh Chodesh

Pour connaître les prochaines dates et le créneau de la France, vous pouvez demander à recevoir notre e-news.

LA SIGNIFICATION BIBLIQUE DE ROSH CHODESH

PAR MOJMIR KALLUS, VICE-PRÉSIDENT DES AFFAIRES INTERNATIONALES

Lorsque la pandémie du coronavirus a obligé le monde à se connecter en ligne l’année dernière, l’ICEJ n’a pas tardé à démarrer toute une série de réunions de prière sur Zoom. Après un marathon de prière réussi de 12 heures pendant la Pentecôte en juin 2020, nous avons senti que nous pouvions étendre la chaîne de prière jusqu’à 24 heures ou plus et commencer des réunions de prière régulières avec la participation d’églises et de groupes de prière du monde entier. Sous la direction du Seigneur, nous avons choisi le début de chaque mois selon le calendrier hébraïque, ou Rosh Chodesh, comme date de ces veillées de prière récurrentes.

Nous trouvons que dans la Bible, Rosh Chodesh est souvent mentionné avec les principales fêtes de la Pâque, de la Pentecôte et de la Fête des Tabernacles. Elles sont appelées moadim, ce qui peut être traduit par « temps fixés ». Autrement dit, Dieu prend rendez-vous avec Son peuple et dit qu’Il écoutera et acceptera leurs prières. C’est le moment de se rapprocher de Dieu.

Nous savons, bien sûr, que Dieu écoute à tout moment et que nous pouvons et devons prier sans cesse. Pourtant, nous pouvons également apprendre du concept biblique des temps fixés et utiliser la leçon pour améliorer notre vie spirituelle.

Un aspect de la Nouvelle Lune est le son de la trompette. La Bible dit que « cela sera un mémorial (zikaron) pour vous ». Dans la Bible hébraïque, le mot « zikaron » signifie généralement se souvenir de certains moments sombres du passé, attirer l’attention sur des actes répréhensibles ou des péchés, afin de tirer la leçon de l’histoire. Des exemples sont Exode 17:14, Nombres 16: 39-40, et Nombres 31:54.

Prier au début de chaque mois nous donne ainsi l’occasion de nous souvenir et d’apprendre de nos erreurs. De plus, l’expression « mémorial devant le Seigneur » peut aussi signifier que nous demandons à Dieu de se souvenir de nous, dans le sens où Habacuc prie, « dans la colère, souvenez-vous de la miséricorde » (Habacuc 3: 2). Nous rappelons à Dieu sa parole, qui nous donne de l’espoir, car il ne sommeille ni ne dort. Il agira selon sa parole.

Telle est la signification du commandement dans Exode 39: 7 concernant la cuirasse du Souverain Sacrificateur. Le prêtre amène les fils d’Israël devant le Seigneur comme pierres commémoratives ; il les porte littéralement sur ses épaules, avec tous leurs péchés, leurs méfaits et leurs imperfections, et crie : « Seigneur, souviens-toi de la miséricorde ». C’est une expression de confiance en la miséricorde de Dieu, en son caractère indulgent.

C’est avec cette attitude que nous cherchons le Seigneur chaque mois, et le nombre croissant de groupes de prière impliqués montre que cette pratique a trouvé une résonance parmi les croyants dans de nombreux pays. Il est cependant important de garder la bonne attitude. Nous n’introduisons pas une nouvelle tradition ou n’adoptons pas un rituel juif. Nous avons à l’esprit les paroles de Paul qui écrit dans Colossiens 2: 16-17: Ainsi, que personne ne vous juge en nourriture ou en boisson, ou concernant une fête ou une nouvelle lune ou des sabbats, qui sont l’ombre des choses à venir, mais la substance est en Christ.

Paul souligne le fait que le Seigneur veut nos cœurs, pas des rituels extérieurs. La substance est importante, et cette substance est le Christ. Chaque mois, profitons de l’occasion pour nous repentir, appeler à la miséricorde et aussi célébrer la fidélité de Dieu et le salut en son Fils.

Fait intéressant, nous constatons que la célébration de Rosh Chodesh aura également une place dans le monde à venir. Ésaïe déclare : « Et il arrivera que d’une Nouvelle Lune à une autre, et d’un Sabbat à un autre, toute chair viendra se prosterner devant Moi », dit le Seigneur. (Ésaïe 66:23)

L’ICEJ a été le pionnier de la célébration de la Fête des Tabernacles en tant que signe prophétique, comprenant que le passage de Zacharie 14, qui parle des nations qui montent à Jérusalem pour célébrer la Fête des Tabernacles, qui ne sera accompli qu’à l’ère messianique. Il semble que le moment soit venu de porter l’attention sur les paroles d’Ésaïe à propos de Rosh Chodesh et d’enseigner à l’Église sa signification prophétique.